« Je construis pour que ça perdure »

 

Fatigué mais comblé, le président du Tri Val de Gray, Stéphane Catalot, s’apprête à couper le ruban de la 17ème édition du Triathlon de Gray

 

La Presse de Gray : “Après l’accueil du championnat de France division 1 duathlon et triathlon l’an passé, vous avez réussi un nouveau coup cette année.

Stéphane Catalot : - La division 1, on refera plus tard, c’était important de faire autre chose cette année. Je me dis qu’il faut toujours mobiliser pour que l’événement perdure. Nous aurons donc cette année une nouveauté avec une épreuve importante qui est le championnat de France individuel du groupe d’âges M le dimanche 16 juillet. Cela fait deux ans que le titre n’a pas été décerné. Longtemps organisé à Nice, il n’a pas pu se tenir à cause des attentats, puis des intempéries…

 

L. P. : - Pourquoi à Gray ?

S. C. : - Je pensais que c’était une opportunité pour notre ville. C’est un gros événement avec des athlètes qui viennent de la France entière et qui consomment sur place. Avec cette épreuve on touche plus les familles. Ce n’est pas l’élite, mais ce sont les meilleurs amateurs de France seniors. En même temps, avec un départ décalé il y aura également un open pour les licenciés ou non.

 

L. P. : - Et le parcours, il change ?

S. C. : - Pour le championnat de France, on change le parcours vélo. Il n’y aura qu’une seule boucle dans nos campagnes. En traversant Rigny, Prantigny, Beaujeu, Motey, Sainte-Reine, Igny, Vellemoz, Angirey, Sauvigney, Saint-Broing et Ancier. La particularité c’est que la circulation routière sera fermée dans le sens de la course. Mais pas toute la journée, bien sûr… juste le temps de la course.

 

L. P. : Comment s’annonce cette 17e édition ?

S. C. : Très riche. C’est fatigant au niveau de l’organisation, malgré que l’on soit toujours plus structuré. On a décidé d’aider les jeunes à trouver leur voie, c’est ainsi que Guillaume Klinguer est stagiaire chez nous et en fin de cursus. Après un DUT Info-communication à Besançon, il termine son école licence pro communication. Il est ici depuis le 20 février et son contrat s’est terminé le 9 juin. On a de la chance, il va jusqu’au bout en tant que bénévole. C’est Pauline Debellemanière, secrétaire bénévole à l’association, qui est maître de stage.

 

L. P. : - Qui d’autre vous soutient dans l’équipe ?

S. C. : - Il y a Eric Bidat, mon bras droit, la cheville ouvrière… Sans lui, sans eux, j’aurais baissé les bras. Le club est à un virage important. Nous avons fait le choix d’avoir un vice-président, en la personne de Fabrice Davoust. Et l’entraineur Anthony Maillard qui donne une nouvelle dynamique à l’école du tri.

 

L. P. : - Comment se porte-t-elle ?

S. C. : - On va mettre les bouchées doubles pour qu’elle se renforce et qu’elle perdure à Gray.

 

L. P. : - Et le relais ?

S. C. : - Chaque année on aimerait qu’il y ait plus d’équipes engagées. C’est avant tout l’épreuve de la convivialité avec, au menu, 500m de natation, 4,7km de course et 25km de vélo (ou VTT !) sur des routes plates. Il faut savoir que les distances S, M et L peuvent être courues en équipe.

 

L. P. : - Qu’en est-il côté sécurité ?

S. C. : - Cela devient de plus en plus compliqué avec l’état d’urgence. Par exemple, on ne peut pas faire autrement, mais la route du site de La Plage sera fermée. Le public pourra se garer sur le parking Sauzay, du Lidl, de Gray-Mode. On réfléchit à une navette. L’idéal serait bien sûr l’accès à La Plage à vélo, on sait que c’est dans les cartons. La piste cyclable serait un atout majeur pour la sécurité de tous. J’invite, quoi qu’il en soit, la population à venir en masse à notre grand’messe !

 

L. P. : - Qui sera suivie par d’autres !

S. C. : - Oui, nous organisons un Bike and Run le 10 décembre. Il est ouvert à tous et ce sera parmi les épreuves du nouveau championnat Bourgogne-Franche-Comté. Le site est pour l’heure à l’étude...”.